Carnets de voyages en Italie et méditerranée

À la découverte de Pompéi et Herculanum

Vue de Pompéi avec leVésuve en arrière plan
Vue de Pompéi avec leVésuve en arrière plan

Pompéi a grandi sur des terres fertiles à l’ombre du Vésuve, qui finit par être sont bourreauCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Le 24 Août 79 au matin, ou le 24 octobre d’après les études les plus récentes, le Vésuve explosa dans ce qui est peut-être l’éruption volcanique la plus célèbre de l’histoire.Un panache de fumées ardentes de plusieurs dizaines de kilomètres (oui vous avez bien lu…) c’est constitué, en même temps que d’énormes quantités de cendres et de pierre ponce couvraient Pompéi, Oplontis et Stabies sur une épaisseur de deux à trois mètres.

Quelques heures plus tard la colonne éruptive c’est effondrée sous propre poids, dévalant les pentes du Vésuve à une vitesse de l’ordre de 400 à 500 kilomètres heures, détruisant toute vie sur son passage et ensevelissant Herculanum. Ces événements dramatiques nous laissent aujourd’hui un témoignage exceptionnel de la vie à l’époque des Césars. Alors partons à la découverte de Pompéi et Herculanum.

 

 

 

 

 

Pompéi, une ville prospère et dynamique

Au moment où survient l’éruption du Vésuve, les villes du Golfe de Naples n’en ont pas encore totalement terminé avec les reconstructions liées au tremblement de terre de 62, bien que la vie ait largement repris son cours. Pompéi est alors une ville dynamique de 20000 habitants dont l’histoire remonte autour du 7ème siècle avant notre ère, et qui fut tour à tour étrusque, samnite, grecque avant de tomber définitivement sous la domination de Rome aux alentours de 80 avant J.-C.

Au cœur d’une région rendue très fertile par ses terres volcaniques, au bord d’une mer qui la nourrit et en fait un pôle commercial important, Pompéi devient une ville extrêmement prospère comme en témoignent aussi bien les vestiges qui nous sont parvenus, que les études menées sur les restes des habitants fauchés par la catastrophe de 79 qui montrent que la population était très bonne santé pour l’époque.

Le site archéologique de Pompéi s’étend sur 66 hectares et il est donc utopique de vouloir en faire une visite exhaustive en une seule fois, le mieux étend d’avoir des ambition raisonnables, voire se laisser perdre tranquillement… Cependant nous allons vous présenter quelques endroits qui nous semblent incontournables.

Si vous arrivez en train par le Circumvesuviana vous entrerez sur le site par la Porta Marina et en quelques hectomètres vous serez en plein cœur de la Cité Administrative de Pompéi qui regroupe les temples de Venus et d’Apollon, le Forum, la Basilique (pas au sens chrétien, il s’agit d’un lieu occupant à peu près les même fonctions que le forum, mais abrité… car il pleut en Campanie !), le Macellum (le marché) et des termes.

Vue d'une rue de Pompéi avec ses trottoirs et les murs qui la bordent

Pompéi offre à ses visiteurs des rues presque intactes avec leurs trottoirs, leurs passages piétions, les murs et les boutiques qui les bordentCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

La rue qui prolonge la Via Marina, après l’ensemble cité précédemment, est la Via dell’Abbondanza (pas besoin de traduction?) qui constitue le Decumanus Maximus (l’axe principal est-ouest d’une ville romaine… ou grecque). Cette rue est bordée de riches demeures, de boutiques, de restaurants, des Termes Stabianes qui sont les plus grandes et les lus anciennes de Pompéi. En longeant les Termes Stabianes par une petite rue sur la gauche vous arriverez au Lupanar, internationalement réputé pour proposer des fresques murales précisant les spécialités de la maison.

En redescendant la rue du Lupanar traversez la Via dell’Abbondanza et descendez jusqu’aux superbes théâtres de Pompéi : le Grand Théatre, le petit Théâtre ou Odéon, et le stade d’entraînement des gladiateurs (Quadriportico dei Teatri)

Après avoir fait le tour de cet ensemble remarquable, reprenez votre chemin vers le nord-est, soit en remontant sur le Decumas Maximus, soit par les petites rues qui partent du théâtre, pour vous rendre au Palestra Grande (le grand gymnase) et à l’amphithéâtre, pouvant contenir quelques 20000 spectateurs. Cet amphithéâtre parfaitement conservé sert encore parfois puisqu’il fut, notamment, au 20 ème siècle le décor du film Pink Floyd Live in Pompéi, et en juillet 2016 David Gilmour, ancien co-leader de Pink Floyd, y donna deux concerts.

Le Grand Théâtre de Pompéi et le stade d’entraînement des gladiateurs en arrière plan

Le Grand Théâtre de Pompéi et le stade d’entraînement des gladiateurs en arrière planCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

En dessous de la Palestra Grande, à l’extérieur du mur de la ville antique se trouve l’un des endroits les plus émouvants de Pompéi : la Nécropole de la Porta Nocera. Prenez le temps de vous arrêter devant les tombeaux des familles, voyez leurs noms, les ornements, profitez de l’allée ombragée par les pins parasols.

La nécropole de la Porta Nocera est l'un des endroits les plus émouvants de Pompéi.

La nécropole de la Porta Nocera offre une ambiance de calme et de sérénité. By Mentnafunangann (Own work) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

À présent, si il vous reste des jambes et du courage, il s’agit de traverser le site en diagonale en direction de la Porta di Ercolano. En chemin ne manquez pas les Termes Centrales et la Maison du Faune, l’une des plus grandes et plus spectaculaires, dont fut extraite la célèbre mosaïque représentant Alexandre (le Grand) lors de sa victoire contre le perses de Darius, désormais exposée au Musée Archéologique de Naples.

Arrivés à l’autre bout du site, sortez de la ville antique par la Porte d’Herculanum donc, traversez la Via delle Tombe, autre nécropole de Pompéi à laquelle Alexandre Dumas consacre un chapitre dans le Corricolo, et continuez jusqu’au clou de la visite : la Villa dei Misteri.

Cette villa est grandiose, superbement décorée de fresques murales, et à laquelle Dumas consacre également une description enthousiaste. Par ailleurs, la campagne de fouilles de 2015 a permis de mettre au jour, sur la Via Delle Tombe, une rarissime sépulture samnite du 4ème siècle avant notre ère !

Fresque de la megalographie de la villa des mystères à Pompéi

L’une des fantastiques fresques de la Villa des MystèresSee page for author [Public domain], via Wikimedia Commons

Après tous ces efforts, n’hésitez pas à vous arrêter après la sortie du site, à la Porta Marina, sur la gauche, en haut de quelques marches, à une buvette ombragée et sans prétention , qui offre une vue agréable sur la porte de ville et les remparts.

Plan du site Antique de Pompéi – Les incontournables

See full screen

 

Herculanum, une ancienne Cité grecque et samnite devenue cité balnéaire

Vue de la Cité Antique d'Herculanum sous la ville moderne

Le site antique d’Herculanum se trouve sous la ville moderne, ce qui fait qu’une grande partie en est aujourd’hui inconnueCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

 

Herculanum est un site plus petit que celui de Pompéi, puisque sa population en 79 est estimée à 4000 habitants et que la surface de fouilles accessibles est d’un peu plus de 4 hectares. Cette Cité a été fondée vers le 7ème siècle avant notre ère, passa sous domination des grecs, très bien implantés dans la région, au 6ème siècle sous le nom d’Heraklion avant d’ère prise par les samnites. Rome s’en empara, ainsi que d’autres colonies grecques ou samnites de Campanie, en 89 au terme des « Guerres Sociales » et la ville pris le nom d’Herculanum.

La destruction d’Herculanum en 79 n’a pas pris la même forme qu’à Pompéi, Stabie ou Oplontis car la ville ne fut pas détruite par la chute de cendres et de pierres ponces mais ensevelie par des nuées ardentes puis par une coulée pyroclastique, ce qui ne détériora que peu le site et, en l’enfouissant sous plusieurs mètres, permit sa conservation dans un état exceptionnel jusqu’à nos jours. Une importante éruption du Vésuve en 1631 acheva de dissimuler le site et de faire reculer la côte à plus de 400 mètres du port originel d’Herculanum.

La redécouverte d’Herculanum date du 18ème siècle et donna lieu, sous l’impulsion de la famille régnante de Bourbon, aux premières fouilles archéologiques de la région, mettant au jour des bâtiments, tels qu’on peut les admirer aujourd’hui, et qui ont conservé leurs étages, leurs poutres en bois, ainsi que leurs fresques.

Vue sur la rue principale d'Herculanum

Le Decumanus Maximus, avenue principale d’Herculanum qui mène à la Palestre (ou à la basilique selon les interprétations)Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Lors de votre visite d’Herculanum il n’y aura pas d’impasses à faire car le site est bien plus petit (mais pas moins intéressant) que Pompéi et qu’il n’y a qu’une entrée et qu’une sortie !

Au cours de cette visite ne manquez pas les fabuleux Termes urbains où on comprend très bien le fonctionnement de ce type d’édifice, le circuit de l’eau, et où les mosaïques et les fresques sont parfaitement conservées.

Plus que les monuments publics, qui sont plus spectaculaires à Pompéi car Herculanum était une ville de taille beaucoup plus modeste, il faut s’attarder sur les habitations de tous types, que vous pouvez visiter et admirer mieux que nulle part ailleurs ; et à ce titre ne ratez pas la maison samnite et la maison des cerfs, ainsi que les nombreuses boutiques et les lieux de restauration (les Thermopolium, sortes de fast-food avant l’heure!).

En ressortant de la Cité arrêtez-vous devant les hangars de la Porta Marina où s’étaient réfugiés en vain des habitants pour échapper à l’éruption du Vésuve, et où leurs restes sont encore visibles ; puis dirigez-vous vers la boutique et continuez en direction de la Villa des Papyrus, hors les murs, spectaculaire par sa taille, sa décoration et qui laisse deviner la richesse de ces occupants.

Une fresque de la Villa des Papyrus, riche Villa située à l'extérieur de la ville antique d'Herculanum

Une fresque de la Villa des Papyrus, riche Villa située à l’extérieur de la ville antique d’HerculanumPar Sailko (Travail personnel) [CC BY 3.0], via Wikimedia Commons

En repartant vers la gare du Circumvesuviana arrêtez-vous au petit Musée d’Archéologie Virtuelle où sont proposée d’intéressantes reconstitutions en 3D de la Cité Antique, et qui est entouré par un marché typique de la région.

 

Plan du site Antique d’Herculanum – Les incontournables

 

See full screen

Les suites de la visite à Pompéi et Herculanum

Il faut savoir que l’éruption du Vésuve en 79 ne détruisit pas que Pompéi et Herculanum. En effet, trois autres sites remarquables et bien moins connus  peuvent être visités, il s’agit de Stabies, de Oplontis et de Boscoreale.

  • Oplontis est un faubourg situé à quelques kilomètres de Pompéi, sur l’actuelle commune de Torre Annunziata, et où il est vivement conseillé de visiter la Villa de Poppée, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Cette Villa qui était occupée par la femme de Néron est la seconde plus grande Villa romaine de la région après la Villa des Papyrus à Pompéi, et peut-être la première par la qualité des fresques qui l’habillent.
  • Stabies est une ancienne ville romaine situé en périphérie de l’actuelle ville de Castellammare di Stabia. Les fouilles archéologiques présentent notamment des Termes remarquables et quelques riches Villa dont la Villa San Marco.
  • Situé au nord de Pompéi (station Villa Regina sur la ligne du Circumvesuviana), Boscoreale propose une très belle Villa rurale , un petit musée (Antiquarium), et vous pourrez y voir un olivier et des olives pétrifiés par l’éruption de 79 !

Enfin, une visite des sites vésuviens antiques ne serait pas complète sans une visite du Musée Archéologique de Naples qui regroupe les objets, les statues, les mosaïques et les fresques les plus fragiles, et parfois les plus remarquables, mais ce sera l’objet d’un futur article dédié.

Carte des sites antiques de la baie de Naples détruits par le Vésuve en 79

See full screen

Mots-clefs : , , , , ,

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

3 Partages