Carnets de voyages en Italie et méditerranée

Les souterrains de Naples, une ville sous la ville

Cimetière des Fontanelles Naples
Cimetière des Fontanelles Naples

L’entrée imposante du cimetière des Fontanelles qui prend place dans la falaise de tuf de Materdei à Naples.Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Le sol de Naples, principalement composé tuf, est exploité depuis des millénaires : carrières de matériaux destinés à l’édification des habitations, des monuments antiques et plus récents, ou bien réservoirs d’eaux dès le 7ème siècle avant notre ère. De l’exploitation de ces sols il reste aujourd’hui un patrimoine souterrain particulièrement riche et surprenant mêlant catacombes paléochrétiennes, médiévales voire plus récentes, galeries royales reliant les lieux de pouvoir, abris antiaériens, ou stations de métro abandonnées. Les souterrains de Naples sont un témoignage de l’histoire mouvementé de la ville et, par endroits, d’une spiritualité unique en Europe.

 

 

 

 

 

La Napoli Sotterranea

L’entrée de la Napoli Sotterranea est située sur la Piazza San Gaetano qui borde la via Tribunali, en face du restaurant Da Carmine et de San Lorenzo Maggiore dont nous avons déjà vanté le marché romain situé sous l’édifice actuel. Les visites organisées depuis 30 ans par une association vous entraînent dans le ventre de la ville antique, à savoir le réseau de citernes destinées à recevoir l’eau et alimenter Naples, construites par les étrusques quelques 700 ans avant notre ère, puis ultérieurement reliées au aqueduc gréco-romain.

L’essentiel de la visite se déroule à 40 mètres sous terre (pensez-y car chaque mètre descendu sera un mètre remonté… et aucun ascenseur étrusque n’a encore été découvert), pour vous faire comprendre la continuité historique unique que nous trouvons à Naples.

Le parcours vous fait découvrir les citernes proprement dites, les puits qui permettaient depuis la rue de s’approvisionner en eau (jusqu’à une époque très récente), des expériences de cultures souterraines et d’émouvants témoignages datant de la seconde guerre mondiale lorsque la population descendait dans les souterrains pour se protéger des bombardements.

Le clou de la visite n’est autre que le théâtre gréco-romain dont on découvre les vestiaires dans ce qui était jusqu’à peu un garage à mobylettes, pour surgir enfin directement dans un immeuble toujours habité où on peut reconnaître sur les murs les différentes périodes d’occupation : romain, médiéval et même une extension du début du 20ème siècle ! Pour bien visualiser l’urbanisation du quartier autour de la place San Gaetano il est intéressant de se rendre au musée du Complesso Monumental San Lorenzo Maggiore, qui a fait l’objet d’un article dédié et qui propose une série de maquettes très explicites.

Les catacombes de San Gennaro

catacombes de naples

Les catacombes de San Gennaro sont un endroit très spectaculaire, dans un quartier peu visité de NaplesBy Catacombe di Napoli (Own work) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Les Catacombes de San Gennaro sont la plus grande nécropole souterraine de Naples. Situées hors les murs de la ville antique, on accède aux catacombes derrière la Basilique San Gennaro Fuori Mura, dans la côte qui mène à la colline de Capodimonte.

Ce site paléochrétien monumental a commencé à accueillir des défunts dès l’époque romaine, avant l’avènement du christianisme, puis a été peu à peu adopté par les chrétiens. Le Saint Patron de Naples, San Gennaro, a connu sa première sépulture dans les catacombes auxquelles il a donné son nom, avant que ses reliques ne soient déplacées dans le Duomo.

La richesse exceptionnelle du site se traduit notamment par la découverte de fresques des 2ème et 3ème siècles, d’un baptistère du 7ème siècle, d’une basilique souterraine, etc.

La visite s’achève dans la cours de l’hôpital du quartier populaire de la Sanità, c’est à dire idéalement placé pour vous rendre aux catacombes de San Gaudisio ou au Cimetière des Fontanelles !

Les Catacombes de San Gaudisio et de San Severo

On accède aux catacombes de San Gaudisio par la Basilique Santa Maria della Sanità, à deux pas de l’ascenceur de la Sanità.

Ces catacombes, de taille beaucoup plus modeste que celles de San Gennaro et dont l’origine remonte au 5ème siècle, ont été exploitées à des fins de sépulture jusqu’au 17ème siècle, en période domination aragonaise, ce qui leur donne ce caractère si macabres, caractéristique cette influence.

Catacombes San gaudisio naples

Les catacombes de San Gaudisio abritent des fresques murales dans lesquelles des cranes sont encastrés. Effet garanti !By Mattia Luigi Nappi (Own work) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

En effet, on retrouve de nombreuses fresques murales de défunts dont ont a intégré dans la maçonnerie les cranes…

Continuez votre parcours vers la Chiesa San Severo Fuori Mura, toujours dans le quartier de la Sanità, qui propose au fond de la troisième chapelle un accès vers de petites mais intéressante catacombes du 4ème siècle et de très belles fresques qui ont fait l’objet d’une restauration récente.

Le Cimetière des Fontanelles

À l’instar des catacombes parisiennes qui recueillirent les ossements de plusieurs cimetières intra-muros, les carrières creusées dans la colline de Materdei ont accueilli les victimes innombrables de la peste de 1656 et de l’épidémie de choléra de 1836, qui tua la moitié de la population de Naples.

La présentation actuelle du cimetière date de la période fasciste, période où on aimait bien ce qui était bien rangé…

Le site a été rendu célèbre par un scène du film Viaggio in Italia de Roberto Rosselini, où la belle touriste Ingrid Bergman visite, horrifiée, ces rangées de cranes dont beaucoup font l’objet d’un culte.

Aujourd’hui encore de nombreux cranes reçoivent des offrandes et ont été quasiment adoptés par des familles du quartier, tandis que d’autres cranes, tel celui dit du Capitaine, font eux l’objet de légendes aussi étranges que macabres.

Cimtière des fontanelles

Le cimetière des fontanelles est le lieu d’une forme de culte des habitants de Naples, qui viennent rendre visite à des cranes qu’ils ont adoptés, leur font des offrandes, leur parlent, leur demandent d’intercéder pour eux, etc.Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Ces pratiques à mi-chemin entre la religion et la superstition, constitutives de la spiritualité si particulière de Naples, se retrouvent autour du culte dit des âmes du Purgatoire (le Anime del Purgatorio) dont les témoignages sont visibles dans plusieurs églises de la ville, et qui fera l’objet d’un article à part entière.

Partez à la visite de Naples et de ses environs

Découvrez et réservez des centaines d'activités, de visites, et même vos transferts depuis l'aéroport

Découvrez et réservez des centaines d’activités, de visites, et même vos transferts depuis l’aéroport

La Galerie des Bourbons – Galleria Borbonica

Changement de quartier et changement d’époque, direction le centre monumental, plus précisément les abords de la Piazza del Plebiscito.

Pour bien comprendre l’origine de ce tunnel voulu par les bourbons au milieu du 19ème siècle, il faut se remettre dans le contexte d’agitation et d’instabilité politique qui prévaut depuis plusieurs décennies à Naples.

En 1799, Naples a connu une réplique de la révolution française avec le bref mais sanglant épisode la République Parthénopéenne, qui poussa les bourbons à quitter Naples pour Palerme avant que l’Amiral anglais Nelson (par ailleurs amant de la Reine Marie-Caroline, elle-même sœur de Marie-Antoinette guillotinée en France en 1793… vous me suivez?) ne réprime dans le sang le mouvement et ne permette le rétablissement de l’ordre monarchique.

Entre 1806 et 1815, Naples est sous la domination des Bonaparte, d’abord via Joseph, frère de Napoléon, puis plus durablement via Joachim Murat qui essaya de conserver son trône après la chute de Napoléon mais finit fusillé dans un fossé en Calabre après un procès expéditif.

Ces divers événements ont mis en évidence la fragilité accrue du pouvoir des Bourbons et ceux-ci, entre autres mesures de précaution, font creuser ce tunnel qui permet, en cas de soulèvement populaire, d’aller du Palais Royal directement dans le quartier de Chiaia où stationnent plusieurs garnisons.

L’efficacité du dispositif n’a pas été prouvée, étant entendu que Garibaldi et ses mille chemises rouges fit son entrée à Naples en septembre 1861 sous les hourras (de courte durée) de la foule …

Toujours est-il que ce tunnel eut sont utilité pendant la seconde guerre mondiale où il servit de refuge à la population lors des bombardements alliés (lire à ce sujet la Peau de Curzio Malaparte dont un passage raconte avec force détail un épisode de bombardement), et qu’aujourd’hui c’est devenu un lieu d’attraction tout à fait intéressant avec plusieurs parcours, aux niveaux de difficultés (dont certains proches de la spéléologie…) différents.

Carte des souterrains de Naples

See full screen

Mots-clefs : , , ,

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

3 Partages