Carnets de voyages en Italie et méditerranée

Les volcans de la baie de Naples

Naples et le Vésuve
Naples et le Vésuve

La lourde silhouette du Vésuve menace en permanence Naples et ses environsCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

On le sait, tout à Naples est incandescent, autant la terre que le cœur des hommes… En effet, ce n’est sûrement pas un hasard si Naples est la ville de tous les excès, si le fatalisme serein et la présence quotidienne des morts y sont plus prégnants qu’ailleurs car, aussi loin que remonte son histoire, Naples et sa baie ont eu à subir les humeurs dévastatrices de la nature qui pourtant leur avait tant donné ! Tout le paradoxe est ici : Naples est encerclée par les volcans qui au fil de leurs éruptions ont fertilisé les sols de la felis campania (la campagne heureuse) au point d’en faire un jardin d’Éden où tout et n’importe quoi peut pousser dans des proportions déraisonnables, et, de l’autre côté, cette même baie est le théâtre de catastrophes naturelles uniques en Europe par leur ampleur et leur fréquence. Après avoir déjà consacré un article aux tremblements de terre qui agitent l’Italie, nous allons nous attarder longuement sur les volcans de la baie de Naples, pour un voyage passionnant.

 

 

 

 

 

 

Naples est proprement ceinturée par les volcans

 

Voir en plein écran

Le Vésuve, dont la silhouette menaçante apparaît souvent au coin d’une rue de Naples, est, avec l’Etna, le plus connu des volcans européens, mais il n’est pas le seul à faire peser sur la baie une menace sourde. En effet, au nord de Naples s’étendent sur les communes de Baia, de Cumes et de Pouzolles les Champs Phlégréens : un super-volcan moins spectaculaire que le Vésuve car n’offrant pas de sommet visible, et que la mémoire des hommes n’a pas enregistré de colère aussi emblématique que celle qui ensevelit Pompéi et Herculanum, mais dont il faut bien être conscient que la poche magmatique est beaucoup plus importante que celle du Vésuve, et qu’il semble être en voie de réveil après 35000 ans de sommeil !

De plus, en mer face à Pouzzoles se tiens la plus grande île du Golfe de Naples : Ischia, qui n’est autre qu’un sommet visible des Champs Phlégréens, dont la physionomie a entièrement été modelée par l’activité volcanique, et qui présente tous les signes d’une terre volcanique vivante.

Le Vésuve

cratère du vésuve

Le cratère du Vésuve qui pourrait contenir la Tour Montparnasse en hauteur et le Stade de France en longueur.Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Le Vésuve est le volcan de tous les superlatifs : un sommet à 1281 mètres d’altitude ; un cratère dont la largeur permettrait d’héberger le Stade de France et la hauteur d’abriter la Tour Montparnasse ; seule et unique volcan d’Europe continentale a être entré en éruption ces 100 dernières années ; quatre millions de personnes habitent dans un rayon de 25 kilomètres autour du Vésuve ; 900 espèces végétales sur ses flans dont 18 endémiques (!) et une vingtaine d’espèces d’orchidées …

Comme si cela ne suffisait pas le Vésuve tel qu’on le connaît aujourd’hui est en réalité formé de … deux volcans ! En effet, le volcan d’origine appelé Somma est apparu il y a 35000 ans et c’est effondré un certain jour de 79 après J.-C., ouvrant une caldeira peu à peu détruite et recouverte par un nouveau cône : Le Vésuve tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Le Vésuve est le volcan le plus surveillé au monde, attirant les chercheurs des quatre coins du globe, et le calme dont il fait preuve depuis 1944 lors d’une éruption décrite par Curzio Malaparte dans La Peau  ne doit pas faire oublier que plus la période de répit est longue plus le réveil risque d’être brutal.

 

Les Champs Phlégréens

Pouzzoles, la Solfatara et le bradyséisme

solfatara naples pouzolles

Une des bouches de la Solfatara éjectant de la vapeur d’eau soufrée à haute pression , avec le même sifflement qu’une cocotte-minute.Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Comptant pas loin de 50 bouches, cratères, fumerolles, sur un territoire de 150 kilomètres carrés, les Champs Phlégréens sont le plus grand volcan d’Europe.

De nos jours près d’un million de personnes vivent sur (au sens propre) ce gigantesque volcan, fréquenté depuis l’antiquité. Si la dernière manifestation d’importance des Champs Phlégréens date de 1538 lorsqu’une colline de 133 mètres, le Monte Nuovo, surgit de terre, tous les indices d’une activité intense restent visibles.

La commune de Pouzzoles (Pozzuoli) illustre parfaitement la cohabitation entre les humains et le volcan. En effet, Pouzzoles en abrite le plus grand cratère visible et visitable : la Solfatara.

solfatara naples pouzolles

L’eau qui remonte du sol dans ces mares bouillonnantes de la Solfatara est à une température de 150°. Il a été calculé que celà témoignait d’une présence de la poche magmatique à une profondeur comprise entre 3 et 4 kilomètres…Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Ce qui frappe d’entrée lorsqu’on entre dans ce grand cratère c’est l’odeur de souffre qui vient titiller les narines; puis l’observation nous instruit très vite de l’ampleur du phénomène constitué par les Champs Phlégréens. Ici les geysers surgissent à quelques pas d’un camping et des habitations, l’eau qui s’infiltre dans le sol remonte pour former de petites mares bouillonnantes, et il est possible de sentir le sol bouger simplement en posant sa main sur le sable tiède… En faisant le tour du cratère on croisera les restes d’étuves romaines qui attestent des vertus médicinales accordées à cette époque aux vapeurs soufrées du cratère.

Pouzzoles est également le lieu d’un phénomène peu connu qui provoque, sous l’effet d’une sorte de respiration de la terre due aux mouvements du magma, une élévation du niveau du sol parfois suivie d’un rabaissement de celui-ci : le Bradyséisme. À ce titre, entre 1982 et 1984 le niveau du sol dans le quartier du Rione Terra s’est élevé de 1,80 mètres, entraînant l’évacuation du quartier, qui est aujourd’hui réservé aux visites des touristes venus admirer les vestiges antiques dégagés par ces mouvements du sol.

Le Lac d’Averne

Les Champs Phlégréens abritent également quelques lacs volcaniques dont le plus représentatif est le lac d’Averne (Lago d’Averno) situé entre Pouzzoles et l’antique Cité Grecque de Cumes. Les colons grecs considéraient que le Lac d’Averne était ni plus ni moins que la Porte des Enfers, l’autre porte étant la Solfatara. La raison d’une telle croyance tient dans le fait que le Lac d’Averne, avant d’être relié à la mer par un canal, était le lieu d’émanations volcaniques toxiques qui offraient parfois le spectacle effrayant de voir un oiseau survolant le lac tomber dans celui-ci comme foudroyé par ces effluves.

Ischia, l’île de feu

Le Monte Epomeo, le point culminant d'Ischia, vu depuis depuis l'îlot du Château Aragonais où 2000 familles pouvaient se réfugier en cas d'attaques de pirates et ... d'éruption !

Le Monte Epomeo, le point culminant d’Ischia, vu depuis depuis l’îlot du Château Aragonais où 2000 familles pouvaient se réfugier en cas d’attaques de pirates et … d’éruption !Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

L’île d’Ischia, la plus grande du Golfe de Naples, est comme sa petite sœur Procida, d’origine volcanique ; elle est le prolongement des Champs Phlégréens. Si de nos jours le volcan, dont le sommet est le Monte Epomeo (à 789 mètres) , semble être en sommeil, de nombreuses manifestations attestent de l’activité sous-jacente du magma. Nous avons déjà parlé des nombreux établissements thermaux de l’île qui bénéficient de cette activité volcanique, mais il existe aussi plusieurs endroits où l’eau de mer est chauffée par les émanations volcaniques sous-marines et qui font le bonheur des baigneurs en hiver, et même des plages où des paillotes vous proposerons de cuire votre repas dans des trous creusés dans le sable, à une température de 350 degrés !

 

Les activités et les visites des volcans de la baie de Naples

Le Vésuve est l’une des attractions touristiques les plus courues de la baie de Naples et il se visite après un trajet en bus depuis les gares d’Herculanum, de Pompéi ou de Torre del Greco. Les bus, dont les départs sont très bien indiqués dans les gares, vous déposent à près de 1000 mètres d’altitude (prévoir un gilet!!) sur un parking situés près des caisses du Parc National du Vésuve., d’où vous partirez pour finir l’ascension à pied. Même si il ne s’agit pas d’une épreuve insurmontable, cette ascension est à déconseiller aux personnes ayant des problèmes respiratoires, des difficultés à se déplacer, ou même des douleurs aux genoux car la descente sollicite beaucoup les rotules des optimistes

Pour les randonneurs aguerris, le Parc National propose des itinéraires de randonnées plus longs et beaucoup plus exigeants.

La Solfatara peut être rejointe à pied en une demi-heure depuis la gare de Pozzuoli en longeant la route de côte qui part sur la gauche de la gare. La gestion du cratère relève d’une entreprise privée et l’entré n’est pas donnée (7€, sans réduction pour les enseignants ou les personnes âgées) mais la visite mérité un sacrifice. Par ailleurs, sachez que le site abrite un camping et une cafeteria.

En redescendant de la Solfatara vous pouvez continuer tout droit après la gare pour visiter le Centre Ville de Pouzzoles qui abrite le superbe amphithéâtre Flavien, le Temple de Sérapis et le fameux quartier de Rione Terra.

Pour ce qui est de la visite d’Ischia nous ne saurions trop vous inviter à relire l’article que nous y avons consacré, et où nous expliquons tout sur les trajets.

 

 

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

1 Partages