Carnets de voyages en Italie et méditerranée

L’île de Procida, un monde en miniature au large de Naples

Procida la marina Corricella
Procida la marina Corricella

La Marina Corricella résume bien la particularité de Procida : port de pêche abrité derrière des brises lames, façades orientales caractéristiques et colorées, coupole byzantine… Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Que peut-on lire comme bêtises sur ce petit caillou posé à 4 kilomètres de la côté en face de Naples et Pouzolles… Tel Guide (dont la couverture affiche une couleur issue du mélange harmonieux du bleu et du jaune) vous prévient sans rire que l’île est restée la plus sauvage du Golfe de Naples alors qu’elle est peuplée depuis 3000 ans et affiche aujourd’hui 2500 habitants au kilomètre carré ! Tel autre guide vous expliquera doctement qu’on ne sait pas grand-chose de l’histoire de l’île car elle n’est pas bien documentée … Bien loin des clichés et du manque d’intérêt heureux des guides touristiques et des tours opérateurs, Procida est un petit bijou réservé aux curieux, tellement différent de ses grandes sœurs Capri et Ischia.

 

 

 

 

Petite histoire de Procida

Les premières traces d’occupation humaine sédentaire sur l’île de Procida datent de 1500 avant notre ère sur l’îlot de Vivara, actuellement relié à Procida par un pont et classé réserve naturelle, et sont le fait de mycéniens qui en font fait probablement un comptoir commercial et une étape lors de leurs traversée depuis et vers la Grèce.

Par la suite Procida sera annexée à l’Empire Romain jusqu’au 5ème siècle, puis traversera comme le reste de l’Italie les aléas de l’époque et subira de plein fouet à compter du 6ème siècle les razzias des pirates sarrasins. De cette période tourmentée Procida conserve l’organisation de l’habitat regroupé dès les origines autour de la Terra Murrata (le point culminant à 86 mètres), tourné vers la terre, et l’étroitesse des ruelles ainsi que la compacité de l’habitat destinées à freiner la progression des agresseurs venus de la mer.

Procida vue de la Marina Corricella

L’habitat de Procida est dense, imbriqué, accroché au relief de l’île, présentant un mur compact face à la merCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

L’île de Procida est ensuite rattachée à Naples, un Comté ayant fait allégeance à l’Empire Byzantin et intègre donc le Royaume de Sicile lors de sa création par les normands au début du 12ème siècle. L’île bénéficie d’une certaine autonomie jusqu’à la conquête du Royaume de Naples par les aragonais (15ème siècle) puis les espagnols qui transforment en partie l’île, construisant notamment le château et les remparts sur la Terra Murata afin de consolider la défense contre les pirates barbaresques, dont le plus connu n’est autre que Khizir Khayr ad-Dîn – le célèbre Barbe Rousse.

La Terra Murata Procida

La Terra Murata est le sommet de l’île, avec son bourg médiéval et son Château Aragonais destiné à se protéger des pirates barbaresquesCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Procida verra passer tous les soubresauts de l’histoire mouvementée de Naples, notamment la révolte de Masaniello pendant laquelle la flotte française engagée contre l’Espagne stationnera sur l’île.

L’avènement des Bourbons verra Procida devenir à la fois un important port d’attache pour la flotte du Royaume de Naples et une réserve de chasse royale. En 1799 les brefs mais sanglants épisodes de la République Parthénopéenne auront un grand impact sur Procida. En effet, les Bourbons (soutenus par les anglais de l’Amiral Nelson) sont chassés de Naples par un soulèvement populaire appuyé militairement et politiquement par la France avec la création d’une République Sœur de la République Française : la République Parthénopéenne .

À ce moment précis Procida, ce minuscule cailloux de 4 km² est occupé à l’ouest par les français et à l’est par les anglais !

La chute de la République verra une intense répression menée à l’instigation de l’épouse du Roi Ferdinand IV (qui n’est autre que la sœur de Marie Antoinette et dont on imagine la crainte et la haine des révolutionnaires…) et son amant l’Amiral Nelson; répression qui verra les anglais procéder à l’exécution d’une trentaine d’habitants de Procida soupçonnés de sympathie française et républicaine.

Les années précédent l’unification italienne et les grandes difficultés qui frappèrent l’Italie du Sud entraînèrent un exode important vers l’Amérique, l’Argentine et l’Algérie où une communauté importante de Procida s’installa à Mers-El-Kébir pour y être pêcheurs et pour exploiter le corail. Devenus français ces habitants de Procida seront rapatriés en bateau à Marseille après la guerre d’indépendance algérienne et s’installeront à La Ciotat où ils sont toujours profondément ancrés, célébrant par exemple tous les ans la fête de Saint-Michel (le Saint Patron de Procida) qui est aujourd’hui inscrite à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France !

Procida aujourd’hui

Escalier et rue de Procida

Tout le charme de Procida est dans cette vue, avec ces ruelles et ces escaliers étroits, ombragés et abrités du vent et ses façades coloréesCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Aujourd’hui 11000 habitants, soit mille de plus que Capri, tiennent sur ce caillou de 4 km² où les ferries ne font que passer sur le chemin entre Naples et Ischia.

L’île compte quatre écoles , dix églises, un Château Aragonais devenu prison (fermée en 1988, qui ne se visite qu’à certaines occasion comme le festival du film), un hôpital, trois marinas, 20 kilomètres de côtes, cinq plages superbes appréciées des napolitains le week-end, quelques restaurants et quelques hôtels dont aucun n’a plus de quinze chambres.

Procida est un monde en miniature, comme ses rues et ses mini-taxis !

Se rendre à Procida et visiter l’île

Comme pour la traversée vers Capri ou Ischia nous ne saurions trop insister pour que vous alliez prendre un ferry (avec Caremar par exemple) au molo de la Porta di Massa à Naples et non un Aliscafe plus rapide car vous risquez de perdre tout le plaisir de la croisière le long du golfe de Naples et l’arrivée féerique sur l’île

Les deux meilleurs moyens de découvrir l’île sont les minis-taxis qui passent dans toutes les ruelles avec une dextérité digne de celle des triporteurs de Palerme, et vos pieds ! En effet, il faut guère plus d’un quart d’heure de marche pour rejoindre la Terra Murata depuis le port des ferries et la marche vous permettra de prendre votre temps et de vous perdre dans les rues de la vieille ville.

Par contre si vous avez l’ambition de faire le tour de l’île le bus ou le mini-taxi sont incontournable vu que la côte tourmentée à un périmètre de plus de 20 kilomètres !

Un restaurant à Procida, Caracalé sur la Marina di Corricella

restaurant Caracalé Procida

La terrasse du restaurant Caracalé, au bout de la Marina Corricella, est un endroit hors du temps, accessible seulement en bateau ou par des escaliers. On y mange merveilleusement bien, dans un coin de paradis d’un calme étonnant.Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Au bout de la Marina Corricella, qui n’est accessible qu’en barque de pêche ou par des escaliers, se trouve le Ristorante Caracalé  et sa délicieuse terrasse posée à deux mètres des parenze (les barques de pêcheurs traditionnelles).

Havre de paix hors du temps sans véhicule à moteur, donc sans un bruit, sans câble téléphonique, ni électrique, ni parabole (rassurez vous la 4G fonctionne…), l’endroit invite à se concentrer sur les plaisirs simple !

Ici les spécialités sont le poisson (si si…), en croûte de sel ou au four avec des tomates, le lapin de Procida mijoté avec des tomates cerises et une délicieuse purée de pomme de terre, les artichauts de Procida, et toute sorte de recettes à base de citron (de Procida of course!).

Pour le dessert il est vivement recommandé de se ruer sur les desserts maison et notamment un Vésuve au citron, froid dehors, fondant et chaud dedans avec une crème au citron à se damner.

Les épicuriens qui ne comptent pas conduire au retour pourront se permettre un limoncello della casa à base de citrons della casa !

Carte de Procida

See full screen

Partez à la visite de Naples et de ses environs

Découvrez et réservez des centaines d'activités, de visites, et même vos transferts depuis l'aéroport

Découvrez et réservez des centaines d’activités, de visites, et même vos transferts depuis l’aéroport

Mots-clefs : , , , ,

Vous aimerez aussi...

  • Une excursion à Ischia : le Château AragonaisUne excursion à Ischia : le Château Aragonais Le Golfe de Naples compte trois îles dont la plus célèbre n’est autre que la divine Capri, la plus petite Procida, et la plus grande et la plus peuplée est Ischia. Il serait illusoire de […]
  • Visiter Capri, l’île aux merveillesVisiter Capri, l’île aux merveilles Des trois îles du Golfe de Naples, avec Ischia et Procida, Capri est de loin la plus réputée et la plus touristique, et parfois pour de mauvaises raisons (non c’est pas fini!). De fait, […]
  • Visiter Naples avec des enfantsVisiter Naples avec des enfants On dit Naples furieuse, désordonnée, décadente… On a tous vu les enfants des quartiers populaires jouer au foot sur les places de la ville à une heure où vos petites têtes blondes (ou […]

Laisser un commentaire

12 Partages