Carnets de voyages en Italie et méditerranée
  • Accueil
  • Rome et le Latium
  • San Crisogono, une basilique romaine à l’histoire étonnante et méconnue au cœur du Trastevere

San Crisogono, une basilique romaine à l’histoire étonnante et méconnue au cœur du Trastevere

Vue depuis l'extérieur de la Basilique Saint Chrysogone
Vue depuis l'extérieur de la Basilique Saint Chrysogone

La basilique San Crisogono, dans le quartier du Trastevere, offre plus que ce que sa façade suggère …Di LPLT (Opera propria) [CC BY-SA 3.0 o GFDL], attraverso Wikimedia Commons

À deux pas du Tibre, aux portes du quartier du Trastevere se dresse une basilique dont l’aspect extérieur n’incite pas nécessairement à la curiosité, et pourtant nous allons vous inciter à pousser la porte de San Crisogono (Saint Chrysogone pour les francophones) et découvrir toutes ces richesses cachées.

San Crisogono, une Basilique Paléochrétienne plusieurs fois remaniée

Les premières mentions de l’existence de la Basilique de San Crisogono remontent à 499 lors du concile de Rome tenu le 1er mars par le Pape Symmaque à Saint Pierre de Rome, destiné entre autres à réglementer les conditions d’élection des Papes à Rome (Symmaque est en effet aux prises avec un antipape, Laurent, et tente notamment d’obtenir le soutien de Théodoric, le roi des Ostrogoth en Italie).

 

Sarcophage dans la crypte de San Crisogono

La crypte de la basilique San Crisogono abrite par ailleurs de superbes sarcophages dont celui-ci finement ciselé présente des femmes dont seuls les visages sont effacésCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Vue du côté d'un sarcophage de San Crisogono - Sphynx ailé

La crypte de San Crisogono recèle plusieurs sarcophages du 8ème siècle, dont celui-ci présente une chimère étonnante, un Sphinx ailé ?Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

La Basilique fut remaniée à plusieurs reprises, une première fois au 12ème siècle avec la construction d’une nouvelle église à un niveau supérieur et l’érection d’un campanile, puis de façon radicale avec une reconstruction en 1629 qui enterra pour de nombreux siècles la Basilique Paléochrétienne initiale.

Le niveau supérieur, celui de la Basilique actuelle, issu de la basilique du 12ème siècle et de la reconstruction du 17ème siècle offre une église assez classique pour la Rome baroque : façade baroque, baldaquin (curieusement attribué au Bernin par plusieurs sources alors que l’ensemble de la reconstruction fut confié à Giovanni Battista Soria… allez comprendre…), plafond à caissons.

Au 20ème siècle réapparaissent les vestiges de l’ancienne Basilique

En 1907 une campagne de fouilles permis de mettre au jour les restes de la Basilique antique sous le niveau moderne, découvrant la nef, le presbytère et des pièces de services qui desservaient l’église. Ces fouilles ont également permis de comprendre que l’église antique avait été construite elle -même sur un niveau encore inférieur, datant de la Rome Républicaine, contenant des habitations, des commerces et peut-être un lieu de culte pré-existant à l’église.

Souterrains de la Basilique Saint Chrysogone de Rome

Sous la Basilique San Crisogono se trouvent les restes de la première basilique, probablement datée du 5ème siècle.Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Ce que les fouilles du 20ème siècle, qui ne couvrent pas toute la surface initiale de l’édifice du fait des risques d’affaiblissement ses fondations de l’église supérieure, ont surtout permis de révéler ce sont les fresques murales aux couleurs étonnamment conservées malgré le temps et l’humidité, datant du 8ème et du 11ème siècle, ainsi que de nombreux sarcophages et pierres tombales.

Dans la crypte de San Crisogono une fresque repésente les visages de trois Saints

Cette fresque du 8ème siècle représentant les visages de Saints offre encore aujourd’hui encore des détails riches compte tenu des conditions de leur conservationCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

fresque des sous-sols de San Crisogono repésentant un saint (Chrysogone ?) bénissant un fidèle

Les murs de la Basilique San Crisogono sont encore décorés des restes de fresques du 8ème siècle, parvenues par miracle jusqu’à nos jours compte tenu des infiltrations qui rongent les mursCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

 

Ceetiz - Rome - Meilleur prix garanti

 

L’église des Corses et des Sardes de Rome

San Crisogono est également l’église des Corses et des Sardes qui s’étaient établis en nombre dans le quartier du Trastevere dès le haut moyen-âge. De nombreux corses sont entrés au service de la papauté jusqu’à la création officielle de la garde Corse Papale au tout début du 17ème siècle. La Basilique contient les sépultures de nombreux corses, essentiellement officiers au service du Pape, tant au niveau supérieur que dans la crypte.

Lors de notre dernière visite à Rome nous avons eu le plaisir de rencontrer sur place les membres de l’association « Guardia corsa papale » qui déploient beaucoup d’énergie pour faire revivre cette histoire et étonnante et peu connue des Corses de Rome, et qui ont eu la gentillesse de répondre avec passion à nos questions dans un entretien qui fait l’objet d’un article dédié passionnant !

Plaque commérative de la garde corse papale à l'entrée de la basilique San Crisogono

La Basilique San Crisogono a été, pendant plusieurs siècles, l’église des Sardes et des Corses de Rome; de nombreux membres de la Garde Corse Papale y sont enterrés. En 2016 une plaque a été inaugurée dans le cadre de la réactivation des liens entre la Corse et le quartier du TrastevereCrédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

 

Mots-clefs : , , ,

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

4 Partages