Carnets de voyages en Italie et méditerranée

La France à Rome, du Palais Farnèse à la Villa Médicis

Façade du Palais Farnese, ambassade de France à Rome
Façade du Palais Farnese, ambassade de France à Rome

Situé à deux pas du Campo dei Fiori à Rome, le Palais Farnese est le siège de l’Ambassade de France en Italie depuis 1874 et le siège de l’École Française de Rome depuis 1876By Myrabella (Own work) [GFDL or CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Les liens entre Rome et la France sont nombreux et se sont noués au fil d’une histoire mouvementée: sac de Rome par les normands de Robert Guiscard, guerres d’Italie de 1494 à 1559, nouvelles guerres d’Italie du Général Bonaparte, Rome devint même un département français en 1811 sous l’Empereur Napoléon 1er, assistance de Napoléon III au royaume de Piémont Sardaigne dans les années 1860 pour l’unification de l’Italie (moyennant Nice et la Savoie…), mais défense des États Pontificaux contre l’Italie unifiée… De ces multiples péripéties il reste de nos jours des liens extrêmement étroits entre Rome et la France, et la présence de la France à Rome se matérialise aussi bien par des possessions ou des établissements sous souveraineté française, que par le fait que Rome est la seule ville au monde à compter deux ambassadeurs de France!

 

 

 

 

Le Palais Farnese, Ambassade de France à Rome et chef d’œuvre de la Renaissance

voûte du Palais Farnese de Annibale Carrache. Ambassade de France à Rome

Annibale Carrache, contemporain et antithèse du Caravage dont il critique le Ténébrisme, a réalisé les fresques du Palazzo Farnese entre 1597 et 1606, dont cette voûte consacrée aux Amours des Dieux Annibale Carracci [Public domain], via Wikimedia Commons

Ce Palais fut construit pendant la première moitié du 16ème siècle pour le Cardinal Alexandre Farnèse, le futur Pape Paul III, sous la houlette des plus grands architectes : Antonio Da Sangallo (qui fut l’un des architectes de Saint Pierre de Rome) puis un certain Michel-Ange.

C’est un autre Cardinal Farnèse qui commandera aux frères Carrache les fresques dites des Amours des Dieux qui contribuent beaucoup à leur notoriété, posant les bases du Classicisme, en réaction à l’essoufflement la peinture de la renaissance, et très loin du Ténébrisme du Caravage.

Le Palais Farnèse devint ensuite l’Ambassade de France auprès du Saint Siège, puis à partir de 1874, l’Ambassade de France auprès du Royaume d’Italie. Le Palais Farnèse héberge également l’École Française de Rome depuis 1876, et il est possible depuis la fin des travaux de restauration de le visiter en prenant rendez-vous auprès d’une association missionnée par l’Ambassade de France, et ainsi de découvrir, entre autres, la Galerie des Carrache.

 

La Villa Medicis, académie de France à Rome

Villa Médicis Académie de France à Rome

Vue de la façade, côté jardins, de la Villa Médicis, qui surplombe l’Église de la Trinité des Monts, les fameux escaliers, l’obélisque, la Piazza di Spagna, et abrite l’Académie de France à RomeBy Jean-Pierre Dalbéra from Paris, France [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons

Qu’ont en commun les peintres David, Rigaud, Fragonard, Ingres, les architectes Garnier et Baltard, ou les compositeurs Gounod, Bizet, Léo Delibes, Debussy et Paul Dukas?

Tous ces grands noms des arts français sont d’anciens pensionnaires de l’Académie de France à Rome, créée en 1666 par Colbert et installée en 1803 par Napoléon Bonaparte dans la Villa Médicis. Au commencement l’objectif de cette académie était de faire mûrir en Italie les plus prometteuses des jeunes pousses des arts français où elles devaient apprendre à copier les œuvres antiques et de la Renaissance, avant de s’ouvrir après 1968 à d’autres formes d’art dont la littérature, le cinéma et même la cuisine !

Aujourd’hui encore la Villa Médicis est un lieu hautement prestigieux, et les nominations aux jurys (Julie Gayet,…) ou à la Direction (Frédéric Mitterrand,…) donnent lieu à des polémiques bien françaises.
La superbe Villa Médicis, ainsi que ces jardins, se visitent et sont le lieu de nombreuses expositions, il est même possible d’y séjourner en famille.

 

Les Pieux Établissements de la France à Rome et à Lorette

Eglise de la Trinité des Monts gérée par la France à Rome

L’Église de la Trinité des Monts, en haut de la Piazza di Spagna à Rome, ainsi que le couvent et les écoles attachés sont gérés par la France en vertu d’un accord passé avec le Saint Siège, via les Pieux Établissements de la France à Rome et à LorettePar Fczarnowski (Travail personnel) [GFDL ou CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Les Pieux Établissements de la France à Rome et à Lorette regroupent sous la forme d’une fondation gérée par l’Ambassade de France auprès du Saint Siège un ensemble de cinq églises et treize bâtiments à Rome, ainsi que la Chapellerie Royale de France et un petit immeuble à Lorette, dans la province des Marches.

Parmi les cinq Églises romaines gérées par la fondation, deux ont une importance particulière et font l’objet d’une convention de gestion entre la France et le Saint Siège : Saint Louis des Français, située à côté de la Piazza Navona et du Sénat, qui regroupe entre autres chefs-d’œuvre la trilogie de Saint Matthieu par le Caravage, et l’Église de la Trinité des Monts, située en haut des escaliers de la Piazza di Spagna, gérée depuis 2016 par la Communauté de l’Emmanuel qui a succédé aux Fraternités monastiques de Jérusalem et aux religieuses du Sacré Cœur.

L’ensemble de la Trinité des Monts comprend une église, un couvent, des écoles et un centre d’hébergement qui est ouvert sur réservation à quiconque souhaite venir y résider temporairement, ou même participer à son fonctionnement quotidien.

Les autres églises gérées par les Pieux Établissements de la France à Rome et à Lorette sont Saint Nicolas des Lorrains, Saint Yves des Bretons et Saint Claude des Francs Comtois de Bourgogne.

Tableau du Caravage à Saint Louis des Français à Rome

L’Église Saint Louis des Français qui abrite, entre autres chefs-d’œuvre, la trilogie du Caravage sur Saint Matthieu, fait partie des Pieux Établissements de la France à Rome et à LoretteBy Michelangelo Merisi da Caravaggio [Public domain], via Wikimedia Commons

Mots-clefs : , , ,

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

2 Partages