Carnets de voyages en Italie et méditerranée

Le Ghetto de Rome, un village dans la ville

Le Théâtre Marcello, surmonté depuis le 16ème siècle par la Palais de la famille Savelli, marque avec le portique d'Ottavia l'une des limites du Ghetto de Rome
Le Théâtre Marcello, surmonté depuis le 16ème siècle par la Palais de la famille Savelli, marque avec le portique d'Ottavia l'une des limites du Ghetto de Rome

Le Théâtre Marcello, surmonté depuis le 16ème siècle par la Palais de la famille Savelli, marque avec le portique d’Ottavia l’une des limites du Ghetto de Rome Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Ce qui frappe tout de suite en entrant sur la piazza Delle Cinque Scòle c’est cette atmosphère de petite ville coupée du reste de la Cité. En effet, cette place est la plus importante du Ghetto de Rome et elle est, comme tout le quartier, tournée sur elle-même, accessible soit depuis le Tibre en passant le long de la synagogue, à côté des guérites des carabinieri, soit par quelques passages et ruelles étroits. De haut bâtiments ferment la place où les bancs sont occupés par des anciens refaisant le monde, le parvis sert d’aire de jeux pour les enfants, les terrasses des restaurants et les épiceries kascher la bordent, les militaires en armes, les policiers avec leur Ray-ban, les hommes en civil avec leurs oreillettes et leurs bombers fermés jusqu’au cou la arpentent. Vous venez de changer de dimension, d’espace temps, soyez les bienvenus au Ghetto !

 

 

 

 

Petite histoire du Ghetto de Rome

 

Portico d'Ottavia dans le guetto de Rome. Peinture du 19ème siècle.

Cette peinture d’Ettore Roesler Franz nous monte le Portico d’Ottavia au 19ème siècle, force est de constater que les maisons qui l’entourent ont peu changé.Ettore Roesler Franz [Public domain], via Wikimedia Commons

Le ghetto de Rome n’est pas le premier ghetto d’Italie, il a été en cela précédé par le ghetto de Venise instauré en 1516 pour confiner et contrôler la communauté juive de la sérénissime en la rassemblant dans un quartier clos et surveillé dont il était interdit de sortir à certaines heures, et dans tous les cas interdit d’en sortir sans un signe distinctif (casquette, tissu de couleur,…). Le Pape Paul IV, en 1555, s’inspira de Venise en établissant dans les États Pontificaux (donc à Rome qui en était le capitale) une série de règles contraignantes (interdiction de certains métiers; pas d’accès à la propriété – ce qui fait que les habitants du ghetto étaient tous locataires de bons chrétiens – ; interdiction de vendre des objets neufs, etc) pour les communautés juives dont le confinement dans ces quartiers clos était la face la plus visible.

Bâtiment médiéval du Ghetto de Rome

Le Ghetto de Rome comporte encore de nombreux bâtiments populaires médiévaux qui attestent aujourd’hui encore des conditions de vie dans cette enclave où la densité de population était très élevée.Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

Les communications vers le reste de le Cité se faisaient par deux portes gardées, fermées du coucher au lever du soleil. À sa création le Ghetto de Rome compte près de 2000 résidents et sa population ne fera qu’augmenter, générant des conditions de vie pénibles avec une grande densité de population. Curieusement, si les conditions de vie étaient particulièrement difficiles, l’attachement des habitants pour ce quartier était, et est toujours, réel ; certainement du fait qu’il représentait pour cette population présente à Rome depuis l’antiquité (comme en atteste la synagogue découverte à Ostia Antica), une forme de protection vis à vis du monde extérieur.

Le ghetto fut une première fois aboli par les français de 1798 à 1799 lorsque Rome fut une éphémère République Sœur de la République française, puis par Napoléon de 1808 à 1815, avant de disparaître définitivement en 1870 lors de la chute de Rome et l’intégration des États Pontificaux au Royaume d’Italie.

Plaque mémorielles dans le ghetto de Rome

Ces pavés mémoriels rappellent devant chaque immeuble les noms des victimes des rafles allemandes dans le Ghetto de Rome après la destitution de Mussolini par le Roi d’Italie en 1943, qui fut suivie par l’invasion et la prise de pouvoir complète des nazis sur le pays.Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

En septembre 1943, lorsque l’Allemagne occupe le Royaume d’Italie suite à la destitution de Mussolini et le retournement de son alliance au profit des alliés, la communauté juive du Ghetto de Rome compte environ 10000 personnes. Cette occupation allemande correspond avec le rétablissement du confinement des juifs dans le Ghetto (comme ce fut le cas à travers toute l’Europe). Le 16 octobre 1943 l’occupant allemand ayant préalablement bloqué toutes les issues du quartier opère une rafle autour de la via del Portico d’Ottavia, capturant plus mille juifs qui seront déportés essentiellement vers Auschwitz, dont très peu reviendront. Fort heureusement, comme vous l’apprendra peut-être la visite de la synagogue de Rome, une partie importante de la population du Ghetto a pu fuir avant la rafle, ayant été informée par d’autres italiens, tandis que d’autres ont été cachés par leurs voisins, ce qui permis d’éviter un drame encore plus important. Ce ne fut pas cependant la dernière rafle qu’eut à subir le Ghetto, car le 24 mars 1944 en représailles à un attentat de la résistance italienne contre les troupes allemandes il fut décidé de capturer 335 civils italiens, dont une part fut raflée dans le ghetto, afin d’être fusillés dans la périphérie de la ville, aux Fosses Ardéatines.

Les rues du Ghetto de Rome gardent aujourd’hui le souvenir des ces événements tragiques à l’attention de ceux qui sauront prêter attention à certains détails , notamment ces pavés de laiton insérés dans la rue devant chaque maison où un ou plusieurs occupants furent enlevés par les allemands.

 

Le Ghetto de Rome aujourd’hui

 

un bâtiment du Ghetto de Rome

Le moindre espace est construit dans l’enceinte du Ghetto de Rome, comme en atteste ce minuscule immeuble, bâti entre deux bâtiments plus massifs, dont la façade comporte des sortes de moucharabiehs i évoquant le moyen-orient.Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

De nos jours le Guetto de Rome est toujours le lieu où se trouvent les principaux centres de la communauté juive de Rome, même si celle-ci a recommencé à sortir de ces frontières pour s’installer sur l’île Tibérine ou au Trastevere.

Le quartier a gardé ses traditions, dont la gastronomie n’est pas la moindre, et demeure quasiment inchangé depuis le 17ème siècle, montrant de la sorte des immeubles anciens, qui ailleurs ont disparu au profit de constructions plus confortables. Le lacis de petites rues qui entoure la Piazza delle Cinque Scòle montre encore de petits immeubles quasi-insalubres, hors du temps, mélange de pierres médiévales, de moucharabiehs, enchevêtrement de toitures, qui donnent une idée du visage que pouvait avoir Rome quelques siècle en arrière.

Par ailleurs, le Ghetto est bordé par les édifices romains de l’ancien Champs de Mars à savoir le Teatro Marcello et le Portico d’Ottavia qui s’intègrent dans les habitations et complètent agréablement la visite du quartier.

Le portique d'Ottavie dans le Ghetto de Rome

L’antique Portico di Ottavia, situé sur ce qui fut le Champs de Mars à l’époque de la République Romaine, et les maisons médiévales qui le ceinturent.Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

 

Un bon restaurant pour se remettre de ces émotions : La Taverna del Ghetto

Piazza delle cinque scuole rome

La Piazza delle Cinque Scole est la place principale du Ghetto de Rome, très animée entourée de restaurants et d’épiceries proposant la cuisine juive du Ghetto. Au fond un centre culturel israélite arborant à côté du drapeau européen un drapeau israélien accueille de nombreux enfants, ce qui explique en partie l’extrême sécurisation de la place. Joue à notre jeu : sauras-tu trouver les agents du Mossad ? la guérite des carabinieri ? La voiture de la Polizia ? Les agents de sécurité privés ? Crédit photos www.viaggio-italia.fr sous licence Creative Commons

La Piazza delle Cinque Scòle est bordée de restaurants qui proposent la savoureuse cuisine juive romaine, synthèse heureuse des falafels, des gnocchis et des artichauts !

La Taverna del Ghetto n’est pas le restaurant le plus côté par les guides ou par Trip Advisor sur la place, mais il est notre préféré pour plusieurs raisons : la cuisine est simple, traditionnelle, goûteuse, les plats sont généreusement servis ; l’accueil est sympathique et il y a même Massimo qui se débrouille très correctement en français pour aider ceux qui ne maîtriseraient pas encore la langue de Dante ; de plus sa minuscule terrasse est stratégiquement placée pour admirer le spectacle de la vie de quartier.

Pour ce qui est des plats, ne passez pas à côté des fleurs de courgettes farcies à la morue, ne ratez sous aucun prétexte l’artichaut frit à la giuda, faites confiance à l’agneau rôti qui est ici confit… Les plus aventureux d’entre vous se jetterons sur la Coratella, un ragoût d’abats et d’artichauts qui est bien meilleur que ce que son aspect peut suggérer !

 

Mots-clefs : , , ,

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

2 Partages